Cherchez dans les Mémoires Akashiques :

Le jour le plus court de l’année Arcanologie

Le solstice d’hiver est plein de traditions, avec une riche histoire de rituels et de traditions célébrés dans le monde entier. Dans l’hémisphère nord, les gens observent l’événement autour du 21 décembre. Cependant, le jour et l’heure exacts varient légèrement d’une année à l’autre et en fonction de l’endroit où vous vous trouvez sur le globe. Voici quelques faits et traditions intéressants sur le jour le plus court de l’année. Pour accéder à une section spécifique de cet article, cliquez simplement sur les liens de saut dans la table des matières pour accéder à cette section.

Quand est le solstice d’hiver?

Le solstice d’hiver 2021 dans l’hémisphère Nord aura lieu le mardi 21 décembre à 7h58 PT.

(En ce moment dans l’hémisphère sud, les gens célébreront le solstice d’été.)

Qu’est-ce que le solstice d’hiver?

La Terre est sur une inclinaison de 23,5 degrés par rapport au soleil. Et le solstice d’hiver dans l’hémisphère nord est lorsque la « pointe » nord de la Terre s’incline le plus loin du soleil. L’heure exacte du solstice varie d’une année à l’autre parce que la Terre ne tourne pas sur son axe aussi précisément que nos horloges fonctionnent dans une période de 24 heures.

Le tropique du Capricorne

Le solstice d’hiver (pour ceux d’entre nous dans l’hémisphère nord) est aussi lorsque le soleil est directement au-dessus de la tête pour une personne qui est à 23d 26′ 22 » de latitude, ou 23,4394 degrés au sud de l’équateur. Cette latitude est appelée le tropique du Capricorne. La raison de son nom est qu’au moment de sa dénomination, il y a environ 2 000 ans, le soleil entrait dans le signe du Capricorne au solstice d’hiver.

Les pays du tropique du Capricorne comprennent le Brésil, le Chili, la polynésie Français, les Tonga, l’Australie, Madagascar, le Botswana et d’autres.

Parce que le soleil est directement au-dessus de la tête au tropique du Capricorne dans l’hémisphère sud à cette période de l’année, il n’est pas directement au-dessus de la tête dans l’hémisphère nord. Ainsi, il fait plus sombre dans le nord.

Le solstice d’hiver est décrit comme le jour le plus court de l’année dans l’hémisphère nord car c’est le jour le plus sombre de l’année en termes de lumière du soleil. Certains l’appellent aussi la nuit la plus longue de l’année.

Le solstice d’hiver est aussi le premier jour de l’hiver. Pour les astrologues, c’est le jour où le soleil entre dans le signe du zodiaque du Capricorne. Le mot « solstice » est dérivé des mots latins sol, qui signifie « soleil », et sistere, qui signifie « rester immobile ». En effet, aux solstices d’hiver et d’été, le soleil semble rester immobile sur son chemin, vu de la Terre.

Pourquoi le solstice d’hiver est-il important?

Quel est le gros problème du solstice d’hiver de toute façon? Cette réponse dépend de qui vous posez la question. Les astronomes, les néo-païens, les agriculteurs ou quelqu’un qui veut avoir un grand bronzage auront tous leurs propres raisons. D’autres encore d’entre nous sont tout simplement fascinés par le fonctionnement de l’Univers et la place de la Terre dans celui-ci.

À une époque où l’accès des gens à la nourriture dépendait totalement des saisons, les solstices les aidaient très probablement à suivre le moment où les changements saisonniers se produiraient. Mais ce qui est clair d’un point de vue historique, c’est que les gens du monde entier ont ressenti le besoin d’observer et de célébrer les deux extrêmes qui ont lieu aux solstices d’hiver et d’été.

Histoire, traditions, rituels et célébrations du solstice d’hiver

Si une seule culture célébrait le solstice d’hiver, ce serait intéressant. Mais le fait que les gens du monde entier, depuis des temps immémoriaux, aient été fascinés par les mouvements de la Terre par rapport au soleil (ou, comme ils le pensaient auparavant, par les mouvements du soleil par rapport à la Terre) souligne une unité de l’expérience humaine.

Les preuves de personnes célébrant les solstices remontent à bien avant que Jésus, le Bouddha ou Mahomet ne marchent sur la Terre, et même avant que les Égyptiens ne construisent leurs pyramides en 2500 avant JC.

Les premières observations connues du solstice d’hiver

Les preuves des premières observations humaines du solstice d’hiver remontent à la période néolithique, qui a commencé il y a environ 5 000 ans. À cette époque, nos ancêtres humains commençaient tout juste à utiliser des outils en pierre pour le meulage et le polissage. Et au cours de cette période, ils ont commencé à construire des monuments et d’autres structures qui ont été positionnés de manière spécifique au soleil. Archéologueet les anthropologues croient que ces structures servaient des objectifs spirituels.

A lire :  Se connecter avec Muladhara, le 1er Chakra

Irlande, Écosse, Pays de Galles et Angleterre

Newgrange

Sur la côte est de l’Irlande, juste au nord de Dublin, dans le comté de Meath, un magnifique monument circulaire en pierre a été construit il y a environ 5 000 ans. Newgrange a été construit avec 200 000 tonnes de roches. Ces roches ont été taillées avec précision et gravées de manière complexe. En fait, l’ancienne structure était si bien construite qu’elle reste étanche à l’eau dans l’Irlande pluvieuse même à ce jour.

Un long couloir étroit de près de 60 pieds de long mène de l’extérieur de Newgrange à une chambre intérieure. Le monument est positionné de telle sorte qu’au lever du soleil du solstice d’hiver, la lumière du soleil brille directement dans le couloir et remplit la chambre intérieure de lumière.

Parce que les gens qui ont construit cette structure fascinante et complexe n’avaient pas encore de langage écrit, les archéologues et les historiens ne peuvent que deviner les raisons pour lesquelles ils l’ont construite. Mais la plupart s’accordent à dire que c’est pour la même raison que les gens d’aujourd’hui construiraient la cathédrale Notre-Dame, la Kaaba à La Mecque ou même le Taj Mahal – pour honorer quelque chose de plus grand qu’eux-mêmes.

Alban Arthan Festival

En Irlande et au Pays de Galles, le festival d’Alban Arthan est observé pendant le solstice d’hiver avec des célébrations près de Newgrange et dans d’autres endroits. Le nom Alban Arthan peut être traduit de plusieurs façons, y compris la « Lumière du Petit Ours », la « Lumière de l’Hiver », et parfois vaguement comme la « Lumière d’Arthur » en l’honneur du roi Arthur.

Certains historiens supposent que la référence à l’ours est une référence aux constellations Ursa Major et Ursa Minor, ou Big Bear et Little Bear. Et curieusement, pour les Celtes, les ours étaient associés aux rois et, dans certaines légendes arthuriennes, le roi Arthur aurait descendu d’un ours.

En substance, le festival Alban Arthan commémore la mort de l’ancienne année et la renaissance du nouveau ou du nouveau commencement.

Les druides

Les anciens chefs spirituels païens connus sous le nom de druides étaient censés avoir des rituels spécifiques pour célébrer les concepts de mort et de renaissance au moment du solstice. Une façon était avec une bataille simulée entre le Roi Holly, qui règne à la fin de l’année, ou du milieu de l’été au milieu de l’hiver, et le Roi des Chênes, qui règne sur la nouvelle année, ou du milieu de l’hiver au milieu de l’été.

Le gui était également utilisé par les druides dans les rituels pour honorer le solstice d’hiver. En tant que plante à feuilles persistantes, le gui symbolisait le continuum de la vie. En outre, il était considéré comme un aphrodisiaque. D’où la tradition d’embrasser quelqu’un sous le gui qui est bien vivant aujourd’hui.

Stonehenge

Bien qu’il ne soit pas aussi vieux que Newgrange, Stonehenge, situé dans le Wiltshire dans le sud de l’Angleterre, est plus connu et est également associé au solstice d’hiver. Comme Newgrange, il a été construit avant l’histoire écrite, de sorte que les mystères à son sujet persistent à ce jour.

Stonehenge a été construit comme une structure circulaire en pierre, apparemment au milieu de nulle part. Les roches les plus hautes de Stonehenge mesurent 23 pieds de haut et pèsent plus de 44 tonnes. On estime, grâce à la datation au carbone, que les premières structures de Stonehenge ont été construites il y a plus de 4 000 ans. À cette époque, les humains vivaient encore à l’âge de pierre. (L’âge du bronze serait le suivant, commençant vers 3000 av. J.-C.)

Qui a construit Stonehenge ?

Alors que les druides utilisaient clairement Stonehenge pour des rituels spirituels, y compris pendant le solstice d’hiver, ils sont arrivés sur les lieux des milliers d’années après la construction du monument.
Les archéologues pensent que Stonehenge a été construit par des Britanniques celtes, dont certains venaient de la région qui est le Pays de Galles moderne – le même endroit d’où provenaient certaines des pierres. Nous ne pouvons que supposer que leurs raisons de le construire étaient similaires à la raison pour laquelle les anciens ont construit Newgrange – pour honorer, et même adorer, quelque chose qui était plus grand qu’eux-mêmes.

Scandinavie

Dans le nord-est, les peuples anciens célébraient également le solstice d’hiver. Les premiers Scandinaves célébraient le jour le plus court de l’année avec un festival appelé Yule.

Yule

Pour les premiers Scandinaves, le solstice d’hiver était un moment pour célébrer la venue du soleil, ainsi, ils ont allumé de nombreux feux en son honneur. Les anciens Scandinaves croyaient au dieu Thor apporterait le retour du soleil, alors ils ont brûlé des feux en son honneur.

Beaucoup des célébrations de Noël modernes que nous connaissons aujourd’hui provenaient de Yule, y compris l’arbre de Noël, la bûche de Noël et les couronnes de Noël. Bien que nous ne brûlions pas d’arbres, de bûches et de couronnes aujourd’hui comme le faisaient les Scandinaves, nous les éclairons et les décorons.

A lire :  Le chakra du cœur + Connexion avec Anahata


En plus des Scandinaves, les premiers Européens avaient des célébrations similaires pour Yule, dont beaucoup persistent à ce jour à Noël.

Rome

Les anciens Romains observaient également le solstice d’hiver. Comme les Scandinaves, l’événement impliquait beaucoup de manger, de boire et de faire la fête.

Saturnales

Les Romains ont célébré un festival d’hiver appelé Saturnales qui a commencé le 17 décembre et a duré sept jours. La célébration a honoré Saturne, le dieu de l’agriculture et de la récolte. Un peu comme la façon dont nous célébrons Halloween aujourd’hui, les Saturnales étaient une période où les anciens Romains pouvaient être quelqu’un de différent de ce qu’ils étaient dans leur vie quotidienne.

L’un des principaux thèmes des Saturnales était de renverser l’ordre social normal. Ainsi, les activités comprenaient des maîtres servant les repas de leurs esclaves, des politiciens et d’autres personnalités s’habillant comme des roturiers, et des femmes se battant dans des batailles de gladiateurs.

La période était aussi celle de la fête et de la boisson pour célébrer la récolte. Le 19 décembre était la fête d’Ofalia pour honorer la femme de Saturne, Ops, qui était la déesse de la moisson. La fête était si magnifique qu’un mot que nous utilisons aujourd’hui était basé sur le nom d’Ops – opulence.

Cette fête au solstice s’est poursuivie jusqu’à ce que le christianisme devienne la religion officielle de l’Empire romain au 4ème siècle, lorsque les fondamentalistes religieux ont essayé d’atténuer les choses. Mais finalement, les Romains ont recommencé à célébrer les Saturnales.

Le christianisme et le solstice d’hiver

Alors que le christianisme se répandait à travers l’Irlande, la Grande-Bretagne, la Scandinavie et l’Empire romain du 1er au 11ème siècle, le clergé a coopté les fêtes païennes, y compris le solstice d’hiver, pour devenir des fêtes chrétiennes.

Par exemple, le solstice d’hiver du 21 était proche d’une autre célébration, la naissance de Mithra, le 25 décembre. Mithra était le dieu persan de la lumière. Les Romains ont également honoré leur propre dieu de la lumière le 25 – Sol Invictus, qui signifie « soleil invaincu ». De nombreux historiens croient que l’Église catholique romaine a adopté ce jour pour honorer la naissance de Jésus afin d’amener plus de païens dans le giron chrétien.

De même, certains historiens pensent que la fête scandinave des lumières, la Saint-Lucie, qui est le 13 décembre, a également été inspirée par les célébrations païennes du solstice d’hiver. Sainte Lucie était un martyr chrétien qui a été tué par les Romains en l’an 304, à une époque où de nombreux Romains étaient encore fatigués du christianisme.

Moyen-Orient

En Iran, en Ouzbékistan, en Afghanistan, au Tadjikistan, au Turkménistan, en Azerbaïdjan et en Arménie, les habitants célèbrent le festival Yaldā Night, ou Chelleh Night, pour honorer le solstice et la nuit la plus longue de l’année.

Les gens croyaient que les esprits sombres marchaient la nuit. Ainsi, ils restaient éveillés toute la nuit à visiter, à lire de la poésie et à se régaler pour éloigner les mauvais esprits. Cette tradition se poursuit encore aujourd’hui. La célébration honore également Mirtha, le dieu de la lumière du soleil.

Le poète iranien du 13ème siècle Saadi a écrit sur la soirée dans son livre Bustan: « Le vrai matin ne viendra pas tant que la nuit de Yalda ne sera pas partie. »

Asie

En Chine, au Japon, en Corée du Nord et du Sud et au Vietnam, les gens célèbrent le solstice d’hiver avec le festival Dōngzhì, qui se traduit approximativement par « l’hiver arrive ».

Dōngzhì Festival

Le festival Dōngzhì marque l’arrivée de plus de soleil, ce qui apporte force et énergie positive. Les habitants se réunissent avec leurs familles et mangent des boulettes de riz, des boulettes et d’autres friandises pour célébrer la saison.

Au Japon, les habitants appellent le solstice d’hiver Toji. Tout comme les Scandinaves ont allumé des feux pour accueillir la venue du soleil, les Japonais allument des feux, y compris certains sur le mont Fuji, pour honorer l’occasion. Toji est une période pour accueillir la chance et la santé pour la nouvelle année. Les Japonais mangent des agrumes et des courges kabocha pour célébrer la saison.

Peuple Maya

Pour les anciens Mayas, le solstique d’hivere est une journée pour célébrer les renouvellements. Au-delà de la naissance d’une nouvelle année solaire, le solstice d’hiver était une réinitialisation de l’horloge céleste. Cela pourrait signifier un changement dans la conscience humaine.

Au solstice d’hiver au temple El Castillo à Chichen Itza, la lumière du soleil semble monter les marches du temple jusqu’au ciel. La lumière du soleil illumine les côtés sud et ouest du temple, car les côtés nord et est sont complètement sombres.

L’Empire Inca

Pour les anciens Incas, le solstice d’hiver était un événement sacré. C’était un jour pour honorer le dieu du soleil, Inti, quand il était le plus éloigné de la Terre et pour l’inciter à revenir. Ils ont marqué le solstice avec un festival appelé Inti Raymi, ou le festival du soleil.

A lire :  Graine de vie Signification et symbolisme expliqués

Inti Raymi

Ils ont jeûné pendant trois jours avant le solstice. Le jour du solstice, ils marchaient en procession jusqu’à une place cérémonielle. Une fois sur place, ils attendaient le lever du soleil. Alors que le soleil se levait, les Incas se prosternèrent et offrèrent des tasses de chicha, qui était une bière sacrée à base de maïs fermenté. Les Incas ont également sacrifié des animaux, y compris des lamas, pour honorer Inti.

Les Aztèques

Pour les Aztèques, le solstice d’hiver était un moment pour honorer leur dieu Huitzilopochtli, qui est le dieu du soleil et de la guerre.

Les Aztèques avaient des rituels spécifiques pour honorer l’événement. Les jeunes filles du temple cuisaient une figure grandeur nature de Huitzilopochtli avec de la pâte d’amarante et du maïs grillé, qu’elles appelaient les tzoalli.

Les saints hommes portaient ensuite les tzoalli dans une procession sacrée jusqu’au Grand Temple. Les habitants ont également cuit des centaines d’«os » d’amarante, qu’ils ont inclus avec les tzoalli. Un peu comme les hosties de communion représentent le corps du Christ pour les catholiques, pour les Aztèques, le pain d’amarante symbolisait la chair et les os de Huitzilopochtli. En le mangeant, ils sont devenus un avec leur dieu.

Les Aztèques mangeaient des morceaux de tzoalli et d’os d’amarante sans boire d’eau dans un rituel appelé netehuatzaliztli, ce qui se traduit par « les gens se dessèchent eux-mêmes ». Ils croyaient que le processus renforcerait la puissance du soleil.

Mais les Aztèques ne célébraient pas seulement le solstice en mangeant du pain sans eau. À la manière aztèque, ils ont également combattu et sacrifié des êtres humains.

Amérindiens

Woodhenge

Comme d’autres cultures de l’hémisphère nord, les Amérindiens ont construit des structures en hommage au solstice d’hiver. L’un des ensembles de structures les plus connus qu’ils ont érigés était à Cahokia. Il est situé sur un endroit près du fleuve Mississippi dans ce qui est maintenant Fairmont, Illinois.

Les structures que les Amérindiens ont construites à Cahokia sont quelque peu similaires à celles construites par les Aztèques au Mexique il y a plus de mille ans. Les archéologues ont appelé l’une des structures « Woodhenge » parce qu’elle leur rappelait les structures de Stonehenge. Comme les anciens Britanniques ont construit Stonehenge, les Amérindiens ont construit Woodhenge en référence au soleil. Différents monticules de temple s’alignent avec les rayons du soleil aux solstices d’hiver et d’été.

Les peuples autochtones de Cahokia vénéraient le soleil comme un dieu, tout comme les anciens peuples de Mésoamérique. Les archéologues croyaient que les habitants de Cahokia organisaient des rituels religieux pour honorer le soleil en tant que donneur de vie et pour prier pour une année agricole abondante.

Un temps pour la narration

Les Amérindiens étaient occupés pendant le printemps, l’été et l’automne à cultiver, à cueillir et à chasser pour se nourrir. Et de nombreux animaux étaient en hibernation pendant l’hiver. Ainsi, l’hiver était un moment pour se réunir et raconter des histoires, ainsi que pour enseigner à leurs enfants autour du feu pendant les nuits d’hiver sombres et froides.

Les Amérindiens vénéraient leurs conteurs, qui étaient les sources de connaissances, de sagesse et de divertissement dans leur culture. Il était de coutume dans de nombreuses tribus d’offrir un cadeau au conteur, comme le tabac.

Traditions sacrées

Bien que toutes les tribus n’aient pas ritualisé le solstice d’hiver, la plupart ont suivi les événements astronomiques. Pour ceux qui ont célébré le solstice d’hiver, c’était un événement sacré. Pour le peuple Acoma du Nouveau-Mexique, le solstice d’hiver est le début de leur nouvelle année. Les Pieds-Noirs du Montana ont honoré l’occasion en tournant leurs tipis pour faire face au soleil levant. Ils ont également organisé des danses et le font encore aujourd’hui.

Les Zuni du Nouveau-Mexique ont une célébration du solstice de plusieurs jours qu’ils appellent le festival Shalako. Dans le cadre de la cérémonie, six hommes Zuni prieront pour la pluie aux quatre coins de la Terre. Ils wLes malades prient aussi pour les bénédictions et l’équilibre pour l’année agricole à venir. Les Zuni prient non seulement pour leur propre tribu, mais pour le monde entier.

Comment célébrer le solstice d’hiver

Peut-être sans s’en rendre compte, beaucoup d’entre nous célèbrent le solstice d’hiver avec les traditions de Noël, de Hanoukka et du Nouvel An. Ce qui est universel, c’est que le jour le plus sombre de l’année est un moment pour célébrer la lumière et les nouveaux commencements.

Définir des intentions pour ce que vous voulez voir se produire au cours de la prochaine année pour vous-même personnellement, pour votre famille, vos amis et votre communauté, ainsi que pour la communauté mondiale est un excellent moyen d’honorer l’occasion. Et, comme tant de cultures anciennes nous l’ont appris, c’est aussi l’occasion idéale de passer un très bon moment.

Que mangez-vous au solstice d’hiver?

Les produits d’hiver, les repas chauds et les friandises des Fêtes sont les aliments parfaits à manger pendant le solstice d’hiver. Pour quelques recettes basées sur la nourriture traditionnelle, visitez le post d’UniGuide sur les recettes du solstice d’hiver.